Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /
L'année 2009 sera une année très pénible, principalement pour les salariés, mais pas seulement. Les prévisions du Fonds monétaire, c'est qu'on peut s'en sortir – c'est-à-dire commencer à retrouver de la croissance – au premier semestre 2010 mais il y a des 'si' ", a déclaré Dominique Strauss-Kahn, jeudi 26 mars, sur France 2. Pour le directeur du Fonds monétaire international, la principale condition pour sortir de la crise est d'assainir le secteur bancaire en faisant disparaître les actifs dits "toxiques", évalués par l'institution qu'il dirige à 1 700 milliards d'euros.

On ne sort pas de la crise, quel que soit l'argent qu'on met pour la relance – et il faut le mettre – si on n'assainit pas le secteur bancaire (...), si le crédit ne recommence pas à couler", a déclaré l'ancien ministre de l'économie. De son point de vue, ni les Européens ni les Américains "ne mettent assez l'accent" sur le nettoyage du système bancaire. Il a appelé les pays du G20, qui se réunissent la semaine prochaine à Londres, à faire davantage "pour que les banques fonctionnent". Le directeur général du FMI a estimé qu'il faudrait deux à trois ans pour que l'économie mondiale rattrape l'intégralité des pertes dues à la crise.

S'exprimant en tant que patron du FMI Dominique Strauss-Kahn s'est montré réticent à commenter les affaires internes à la France.  Il a néanmoins estimé que les salariés de l'usine de pneumatiques Continental de Clairoix, qui va fermer, ont été "trompés". "Au-delà des difficultés de l'industrie automobile, la façon dont ça s'est passé, c'est vrai, on a trompé les salariés", a jugé M. Strauss-Kahn. Il y a deux semaines, le groupe allemand, qui argue d'une chute brutale de la demande automobile, avait annoncé qu'il voulait fermer deux sites de production de pneus en Europe, un à Hanovre, où il a aussi son siège, et un en France, à Clairoix. Il a appelé à "faire pression" sur l'Allemagne pour tenter d'empêcher la fermeture.

Concernant les stock-options qui suscitent la polémique en France, Dominique Strauss-Kahn,  a déclaré que ce système "ne peut pas durer (...) quand tout va mal". Il a estimé que "il y a un moment où, quand tout un pays, un continent, est en crise, les vieux mots d'unité, de solidarité retrouvent un petit peu de leur valeur", alors que la polémique enfle en France sur cette question et que le gouvernement va interdire la semaine prochaine par décret l'attribution de bonus et stock-options aux dirigeants des entreprises aidées par l'Etat.

Sur le terrain politique, il a réfuté la "rumeur" selon laquelle il pourrait devenir le premier ministre de Nicolas Sarkozy affirmant "ce n'est pas sérieux", "on ne sortira pas de la crise par la combinaison politique". "Il y a beaucoup de compétences partout, moi j'exerce mon mandat, je le fais au FMI, j'essaie de le faire du mieux que je peux" (...) je joue mon rôle. Que les autres jouent le leur." L'ancien ministre a affirmé qu'il était socialiste "évidemment, comme avant".
Extrait tiré du site www.lemonde.fr
Lire la suite ici

Partager cette page

Repost 0
Published by

Joindre votre agence rédactionnelle

Rien n'est plus puissant qu'un mot

Nathalie Deberdt

04.75.25.60.30 de 9h à 17h

Maguy Dubousquet

06.70.04.66.63 de 8h à 18h30

Mail interlignes.crest@yahoo.fr

Sitewww.points-et-virgules.fr

Donnez du style à vos écrits

Demande de renseignements

Rechercher